Wangechi Mutu, sculptrice et anthropologiste kényane

Née au Kenya, Wangechi Mutu est à la fois sculptrice et anthropologiste. Ses oeuvres montrent les contradictions qu’il peut y avoir entre l’image de la femme et les identités culturelles, le tout en faisant référence à l’histoire coloniale, à la politique africaine contemporaine et à l’industrie de la mode à l’échelle internationale.

Photo de l'artiste kenyane Wangechi Mutu
Wangechi Mutu, artiste kenyane

Le sens de son art

Wangechi Mutu rend compte de mythes actuel en se servant l’héritage de cultures menacées et en s’inspirant de l’esthétique de l’artisanat traditionnel, de la science fiction et de la « funkadelia » (un style de musique psychédélique dérivé de la musique funk).

L'artisite Wangechi Mutu et certaines de ses oeuvres

Pour ses créations, elle découpe et assemble des visuels de magazine, surfaces peintes et matériaux de récupération. C’est comme ça que Wangechi Mutu réalise des collages évoquant amputations, transplantations et prothèses bioniques. Les visages qu’elle crée sont d’ailleurs autant de mutilations satiriques. Leurs formes sont caricaturalement marquées par des opérations perverses faisant écho des atrocités de la guerre et des modifications corporelles que l’on s’inflige en faisant recours à la chirurgie esthétique. Une façon pour Wangechi d’analyser les liens étroits entre idéologie et constitution du corps.

Une beauté différente

Les visages crées par Wangechi Mutu sont à la fois repoussants et attirants. Ils sont désormais immunisés face l’horreur et la victimisation qui les ont fait évoluer. Ainsi, de la corruption et la violence, Wangechi crée une beauté glamour. C’est peut-être pour ça que ses créations sont puissance. Elles montrent effectivement qu’elles se sont adaptées à l’atrocité dans un besoin de survie. Leurs traits exagérés sont donnés par des magazines sur le style de vie, façonnées par des matériaux de fête comme des paillettes et de la fausse fourrure.

Quelques oeuvres de l'artiste kenyane Wangechi Mutu

Wangechi utilise des matériaux qui rappellent l’identité de l’Afrique et les conflits politiques : des paillettes noires éblouissantes représentent le désir dans le monde occidental, évoquant à la fois le trafic illégal  de diamant et ses terribles conséquences. Son oeuvre incarne la notion de crise identitaire, où l’origine et la possession de signes culturels deviennent un terrain glissant et obscur.

Dans ses séries de sculptures, Wangechi utilise aussi de vieux schémas médicaux, pour transmettre l’authenticité de l’objet mais aussi la valeur culturelle qui lui est inhérente.

Oeuvre de Wangechi Mutu, photographiée par Susanne Vielmetter

Les collages de Wangechi Mutu ont l’air anciens et futuristes à la fois. Ses visages pourraient représenter une « super-race », fruit d’une évolution imposée.

Elle identifie avec sarcasme ses « maladies » à des monstres à la fois inhumains et évolués. C’est ainsi qu’elle invente une espèce d’alien aussi primitive que prophétique ; un futurisme visionnaire qui englobe différences culturelles et autodétermination.

Source : RoGallery.com

Ils parlent aussi de Wangechi Mutu !

Et pour découvrir d’autres artistes africains :

Author Réana K.

Laisser un commentaire

Loading Facebook Comments ...

One Comment

Laisser un commentaire