Nollywood : le cinéma nigérian

Culture 1 comment

Nollywood, c’est plus de 2.000 films produits chaque année pour 150 millions de spectateurs. En terme de production cinématographique, le cinema nigerian se place donc en troisième position mondiale après Bollywood et Hollywood.

Geneviève Nnaji, actrice récurrente dans les films nollywoodiens

Le cinéma nigérian est né dans les rues de Lagos, ancienne capitale du Nigéria. De nombreux artistes et techniciens ayant travaillé pour différentes chaînes de télévision se sont lancé dans le cinéma indépendant dans les années 1990. Cette période est une période de forte croissance pour le cinéma nigérian.

Les films sont le plus souvent en anglais, langue officielle du Nigéria. On y parle le plus souvent de guérisons, de miracles, de vie spirituelle et religieuse. Le but est souvent de divertir le public tout en faisant passer des messages religieux. Les films nigérians, comme les films bollywoodiens, parlent aussi souvent d’histoire d’amour.

Joseph van Vicker, acteur récurrent de Nollywood

Il n’y pas beaucoup de cinémas au Nigéria. C’est donc en VHS et maintenant en DVD que se diffuse les productions de Nollywood.  Malheureusement, les films sont souvent piratés dès la sortie des films. Le piratage a ainsi failli avoir raison du cinéma nigérian. Mais il connaît aujourd’hui une nouvelle croissance.

Voici quelques liens que j’ai sélectionnés pour en savoir plus sur le cinéma nigérian :

Ce sont en moyenne 2 000 films qui sortent chaque année des studios de Nollywood – contre environ 800 à Hollywood -, avec un public avoisinant les 150 millions de spectateurs. Et la profession nigériane ressemble à ses pendants yankee et hindi. Un cinéma avec ses stars très bien payées, son quartier de maisons de production, ses blockbusters, et qui fait vivre plus de 300 000 personnes. […]

Les DVD pirates ont failli tuer l’industrie du film nigérian. Mais avec l’émergence des réseaux privés de multiplexes et des bouquets de télévision payants, les producteurs reprennent confiance. […]

C’est au Nigéria qu’est basé le Bollywood africain, convié cette année par le Festival de films de Fribourg (FIFF). Produisant sans relâche des oeuvres à la qualité contestée, Nollywood parvient à fonctionner sans l’aide de la coopération internationale ni de l’Etat. […]

Les « Bakassi Boys », des miliciens qui oeuvrent pour le compte d’un gouverneur, poursuivent des bandits. Armés jusqu’aux dents, ils les arrêtent grâce à leurs fétiches et à leurs protections divines. Au lieu de les livrer à la police, ces « justiciers » font tourner une tortue vivante retournée. Lorsqu’elle s’immobilise, malheur à celui qui se trouve en face de sa tête, car la tortue désigne toujours le coupable. Il est aussitôt exécuté. Ce polar africain d’un genre très particulier est produit à « Nollywood ». […]

Devant le succès de NollywoodLove, son fondateur Jason Njoku (qui dit avoir monté sa boîte en voyant sa mère regarder moins de films américains et plus de films nigérians), s’est vite tourné vers un fonds d’investissement afin de développer l’activité. Plusieurs mois plus tard, le jeune entrepreneur lève 3, puis 10 millions de dollars auprès d’un fonds d’investissement américain. Non seulement cet argent a servi à créer le premier iTunes nigérian, iRoking, mais surtout, il a permis de développer iROKO TV. Je dois dire que j’y passe pratiquement une bonne partie de mon temps libre. […]

Bonne lecture !

Author Réana K.

Laisser un commentaire

Loading Facebook Comments ...

One Comment

Laisser un commentaire