Royaumes Africains : le Royaume d’Aksoum

Le Royaume d’Aksoum

Le Royaume d’Aksoum, ou Empire aksoumite, était une forte puissance militaire et un royaume prospère dans la région que représente aujourd’hui l’Érythrée et le nord de l’Éthiopie. Cet empire a existé environ de 100 à 940 ans après J.C.

A son apogée, le Royaume d’Aksoum était une des quatre plus grandes puissances mondiales de l’époque, avec les empires romain, l’empire Han en chine, et la Perse. Sa situation géographique lui a parmi d’être au coeur de tout échange près de la Mer Rouge. Le Royaume d’Aksoum contrôlait le nord de l’Éthiopie, l’Érythrée, le nord du Soudan, le sud de l’Egypte, Djibouti, l’ouest du Yémen et le sud de l’Arabie Saoudite. Cela représente 1.25 millions de kilomètres carré, soit près de la moitié de l’Inde.

Carte du Royaume Aksoum à son apogée
Le Royaume Aksoum à son apogée

Le  réseau commercial et l’influence de le Royaume d’Aksoum s’étendait jusqu’en Chine et en Inde où des pièces frappées par le Royaume d’Aksoum ont été découvertes en 1990. Leurs pièces étaient frappées du portrait du roi Ezana.

Avec les théories d’un italien spécialiste de l’Éthiopie, Carlo Conti Rossini (fin du 19e – début 20e siècle), on a longtemps pensé que le Royaume d’Aksoum avait été fondé par des Sabéens Sémites qui avaient traversé la Mer Rouge depuis le sud de l’actuel Yémen. Mais la plupart des spécialistes s’accordent aujourd’hui sur le fait que l’empire a été développé par des autochtones africains.

Photo de pièces Aksoum, frappées du portrait du Roi Ezana
Pièces Aksoum, frappées du portrait du Roi Ezana

Les vestiges de la capitale du Royaume d’Aksoum, Axoum, sont inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco : obélisques, stèles impressionnantes, tombeaux royales, ruines de châteaux…

Le Royaume d’Aksoum connu son déclin suite aux invasions des puissances voisines qui l’ont laissé affaibli.

Photo de stèles du Royaume d'Aksoum
Stèles du Royaume d’Aksoum

Source

Le Royaume d’Aksoum, d’autres en parlent:

Author Réana K.

Laisser un commentaire

Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire