L’histoire du blackface, ce « déguisement » qui dérange

Voici une petite leçon d’histoire de GlobalGrind. Dans un post publié sur ce site pendant Halloween, Christina Coleman nous explique concrètement en quoi porter le blackface est un geste offensant. On ne voit pas beaucoup de blackfaces en France, mais expliquer ce que c’est, expliquer son histoire, c’est éviter que certains (je ne citerai personne) ne le portent pour se déguiser sans comprendre le geste. 

Pour ce qu’il représente, le blackface est, de loin, bien plus terrifiant que les copies de Miley Cyrus. Se « déguiser » en noir, quand vous ne l’êtes pas. Que ce soit en l’honneur de votre personnage de télévision préféré, pour aller à une soirée sur un thème en rapport avec l’Afrique, ou pour clairement caricaturer une certaine vision de la culture afro-américaine avec des bling-bling, des chaînes et casquettes de travers, en représentant l’ignorance et le sectarisme habillé en gangster… En vous grimant ainsi, vous ferez dans tous les cas quelque chose de mal.

Affiche de la campagne : "Nous sommes une culture, pas un déguisement"
Affiche de la campagne : « Nous sommes une culture, pas un déguisement »

Le blackface. Certains l’ont porté par le passé. Certains le portent encore aujourd’hui. Et c’est vraiment une honte.

Photo de maquilleurs retouchant le blackface que porte Doris Day
La chanteuse et actrice américaine Doris Day portant le blackface (1951) Crédit: Hulton Archive/Getty Images

Cela fait des années qu’on explique au monde qu’on ne doit jamais porter le blackface ; ce n’est pas un geste anodin. Mais si on explique pas pourquoi, si on explique pas l’histoire du blackface, cela n’empêchera pas certaines personnes, connues ou pas, de le porter aujourd’hui avec l’approbation de leur entourage.

C’est une histoire que doivent ignorer beaucoup des trouble-fête que l’on voit pendant la période d’Halloween. Cette ignorance me donne une raison de pardonner leur insulte.

Voici quelques faits que vous devez connaître sur l’histoire du blackface, et les raisons pour lesquelles il ne sera jamais acceptable de se grimer avec un fond de teint ou de la peinture noir charbon ou marron pour faire rire.

1 – Le blackface est né dans les années 1820, dans les « minstrel shows ».
Dans ce genre de spectacle caricaturaux où les acteurs blancs se « déguisaient » en noirs. Ces caricatures avaient pour but de se moquer des noirs, finissant par inscrire dans les mentalités que toute personne à la peau noire correspondaient à ces stéréotypes.

Affiche de minstrel show
Affiche de minstrel show

2 – Les minstrels show ont existé des années 1820 jusque dans les années 1890.
C’était alors la forme de divertissement la plus populaire aux Etats-Unis. Dans chaque spectacle de ce genre, on retrouvait de nombreuse blagues et sketches mettant en avant les stéréotypes les plus dégradants et déplaisants sur les noirs pour faire rire le public.

3 – Jim Crow un personnage de cette époque très connu
Jim Crow, joué en réalité par un comédien à la peau très pale du nom de Thomas « Daddy » Rice, dansait et chantait « Jump Jim Crow » (chanson se moquant d’un esclave handicapé) avec le blackface. Une partie de son numéro montrait Jim Crow venant déranger les blancs profitant d’un moment paisible le plus souvent dans un wagon de train ou un restaurant. Le terme Jim Crow devint finalement synonyme de mise à l’écart des populations noires dans les zones réservées aux blancs. C’est pour cela que les lois qui instaurent la ségrégation portent le nom de ce personnage (Jim Crow Laws).

Représentation de Jim Crow
Représentation de Jim Crow

4 – Zip Coon, un autre personnage récurrent des minstrel shows.
Zip Coon, personnage créé en 1834, était joué par George Dixon. Sa spécialité était de se déguiser en un esclave affranchi et arrogant qui cherchait à se faire respecter mais ne parvenait pas à s’habiller et s’exprimer correctement.

5 – On parle aussi de « coon »
On désignait Jim Crow, Zip Coon et les autres personnages de minstrel créés après eux sous le nom de « coon ». Des comédiens blancs se déguisaient et peignaient leur visage avec un mélange contenant du charbon ou d’autres teintures, et exagéraient les traits en faisant les gros yeux et peignant leurs lèvres en rouge.

Le logo du site black-face.com
Illustration du blackface sur le site black-face.com

6 – Les stéréotypes dans les minstrel show
Faisons un tour des stéréotypes récurrents dans les minstrel shows

Représentation des personnages récurrents des minstrel shows
Personnages récurrents des minstrel shows
  • la Mama (en anglais « Mammy »), une femme noire d’un certain poids, fidèle à son maître
  • l’Oncle Tom (en anglais « Uncle Tom »), un homme noir qui chérit les idéaux des blancs
  • le Mâle (en anglais « Buck »), un homme noir intimidant qui n’a d’yeux que pour les femmes blanches
  • la Gueuse (en anglais « the Wench »), une femme noire aguicheuse le plus souvent jouée par un homme en robe
  • le « Pickaninny« , un ou plusieurs enfants aux cheveux hirsutes
    Je ne sais pas comment traduire ce mot mais si on le décompose « pick-a-ninny » signifie « choisis un idiot ». Tout est dit.

7 – A propos du Pickaninny
Dans les personnages récurrents (encore en 2013), le « pickaninny » est censé être un personnage insignifiant. Ces enfants étaient présentés comme étant bêtes, impulsifs. Ils se blessaient et mourraient souvent dans les minstrel shows.

8 – Des artistes noirs ont dû porter le blackface
Étonnamment, au 19ème sicle, les publics blancs refusaient que de véritables comédiens noirs jouent sur scène s’ils ne portaient pas le blackface. Le premier à le faire est William Henry Lane, aussi connu sous le nom de Master Juba. Ce danseur de claquettes qui finit par être si connu qu’il eu la permission de monter sur scène sans le blackface.

Portrait de William Henry Lane sans le blackface
Portrait de William Henry Lane

9 – Le blackface dans le vaudeville
Penser au vaudevile. Le vaudeville est un style de comédie qui propose des pièces pour un public familial. Ce genre de pièces très répandu des années 1880 au début des années 1930 faisait revêtir le blackface aux comédiens noirs dans les quelques rôles disponibles pour eux. C’est de cette façon dégradante que beaucoup de comédiens et danseurs noirs ont commencé et ont finalement ouvert la voix pour que les noirs puissent monter sur scène un jour sans blackface.

10 – Le blackface au cinéma
Avec le temps, le blackface est passé de la scène au grand écran. Dans Naissance d’une Nation (« Birth of a Nation »), le film controversé sorti en 1915, des hommes blancs portent le blackface pour décrire les hommes noirs comme des être violent et les affranchis comme étant simple d’esprit. Dans ce film, le Ku Klux Klan sauve les états du Sud et la race blanche de leur perte, les noirs ayant pris le pouvoir. Le réalisateur du film, D. W. Griffith, admit que le but était de « créer une aversion chez les populations blanches et surtout les femmes blanches, envers les hommes de couleurs ».

Affiche du film
Affiche du film « The Birth of a Nation »

11 – Le blackface dans les dessins animés
Des films, on passe aux dessins animés. Warner Brothers, MGM et Disney utilisent fréquemment le blackface dans les dessins animés pour perpétuer le stéréotype du noir paresseux, bête et violent. Aujourd’hui encore on peut voir certaines de ces références dans les programmes groupés.
Voir quelques exemples en image sur Youtube

12 – Le blackface dans un film de Spike Lee
Spike Lee s’est penché sur le thème des minstrel shows et du blackface dans The Very Black Show (en anglais, Bamboozled). Dans ce film sorti en 2000, Spike Lee montre les conséquence de près de deux siècles de préjugés et images dégradantes des populations noires aux Etats-Unis.
 Voir la bande-annonce du film Bamboozled

Malgré cela, malgré l’histoire du blackface, aujourd’hui encore, on peut voir ça :

Photo de blackface lors d'une soirée sur le thème de l'Afrique
Des invités d’une soirée de mode sur le thème de l’Afrique

Ca :

Photo de blackface comme déguisement pour Halloween
Le blackface comme déguisement pour Halloween… on dit non !

Si on reste positif, on peut espérer que comprendre l’histoire douloureuse du blackface fera réfléchir ceux qui veulent portent ce déguisement offensant à Halloween ou autre.

Source

Voir aussi

Laisser un commentaire

Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire